köpa cialis i sverige cialis costa viagra 50 mg preis
cialis vendita italia cialis preis deutschland tadalafil generico españa
australian chemist viagra discount viagra online australia price of viagra australia
were to buy viagra in australia viagra australian customs viagra sale australia
is there a cheaper alternative to celebrex doctor prescribe nolvadex acyclovir cheap online tamoxifen tablets ip 10mg cranberry pills and levaquin neurontin 600 mg street value viagra australia mastercard do you need prescription for viagra in australia can i import viagra to australia

Illusions perdues (That uncertain feeling, Ernst Lubitsch, 1941)

L’épouse d’un bourgeois new-yorkais s’amourache d’un critique d’art.

Génial et merveilleux. Lubitsch brocarde aussi bien le conformisme bourgeois que le snobisme arty. Le trait sur la veulerie du personnage de Burgess Meredith est peut-être un peu trop forcé à la fin mais dans l’ensemble, le style se caractérise par la suprématie du tact. Le regard de l’auteur sur ses personnages est gorgé de tendresse. En 85 minutes, Lubitsch en dit plus sur la communication dans le couple qu’Antonioni en 20 films. Rarement l’incompréhension entre un mari et une femme aura été aussi évidente que lors de la séquence du début où le mari « keekse » sa femme. Et tout ça est montré avec une divine légèreté, un humour irrésistible. Mais quelle classe ce Lubitsch, quelle classe!!

Tags: , , ,

Comments are closed.