purchase wordperfect office x4 professional buy nero 7 ultra edition buy eset smart security 5 buy finereader 10 buy microsoft windows xp sp3 buy final cut pro 5 hands on training purchase mountain lion discount rosetta stone french buy powerpoint only adobe audition 3.0 buy cheap microsoft windows xp home edition buy microsoft onenote 2007 best price autosketch cheap visio professional 2007 best price powerdirector 9 order adobe cs3 buy filemaker pro 6.0 buy adobe photoshop cs5 australia discount windows 7 professional buy omnipage pro 17 cheap cs5 macs buy adobe premiere 6.5 nuance pdf converter discount cheap office 2010 windows 8 worth buying buy nuance pdf converter 6.0 purchase 2003 server r2 buy access 2003 license streets and trips 2010 buy adobe lightroom 3 discount code

Le jour des Apaches (Day of the evil gun, Jerry Thorpe, 1968)

Un pistolero dont l’épouse et la fille ont été enlevées par les Apaches part à leur recherche, aidé par son voisin qui avait une liaison avec sa femme.

L’habituelle recherche des femmes enlevées par les Indiens est donc mêlée à une idée originale et riche de potentiel dramatique. Les deux personnages principaux sont particulièrement intéressants. Caractérisés avec finesse et simplicité, ils réagissent avec une justesse humaine éloignée des poncifs hollywoodiens. Le regard est droit, le style est sec et sans fioriture (on note la brutalité des transition entre les séquences). Glenn Ford et Arthur Kennedy sont excellents. Physiquement parlant, Kennedy quinquagénaire évoque ce monstre d’humanité qu’était Rellys. Le pessimisme de Jerry Thorpe  n’est pas fanfaron comme celui d’un Peckinpah. Il est dur, lucide et donc inévitablement tempéré par des gestes qui vont à l’encontre de ce pessimisme, des gestes que la caméra saisit dans toute leur soudaineté. Day of the evil gun est donc un beau western qui, sans payer de mine, est injustement méconnu.

Tags: , , ,

Leave a Reply