• buy windows 7 in australia buy microsoft powerpoint 2007 online buy adobe acrobat 8 standard download purchase windows 7 licence key cost of parallels virtuozzo cheap photoshop elements software buy windows 7 for students price adobe photoshop elements best buy order word for mac buy mac os x leopard 10.5 buy adobe illustrator 7.0 best buy powerpoint download cheap microsoft works buy microsoft office 2013 professional best buy office 2011
  • price of windows 7 ultimate for 64 bit buy corel designer 9 buy microsoft office 2003 professional academic best buy after effects office 2013 teacher discount screenflow discount code where can i buy adobe photoshop cs3 buy corel draw 9 software buy adobe photoshop elements for mac purchase adobe premiere elements price of autodesk inventor 2011 buy windows xp 64 pro buy outlook mac adobe dreamweaver purchase rosetta stone polish cheap

    The pursuit of happiness (Robert Mulligan, 1971)

    L’évolution morale et sociale d’un étudiant gauchiste issu de la bourgeoisie après qu’il ait renversé et tué une vieille dame.

    D’abord ancré dans son époque, The pursuit of happiness se détache des luttes post-68 lorsque, d’une façon fondamentalement pessimiste, il retrace l’exil tranquille et volontaire d’un personnage. Il y a un hiatus entre la radicalité de l’opposition du héros à la société bourgeoise et la relative fadeur de l’acteur Michael Sarrazin. Du coup, c’est comme si son personnage subissait les péripéties du scénario plus qu’il n’était l’acteur de son destin. Il y aussi l’abondance de ces péripéties qui fait que les dilemmes qui sont les siens ne sont guère mis en valeur dramatiquement parlant. Nonobstant que quelques facilités d’écriture sont criantes (le coup de la panne), ce manque de clarté et d’esprit de synthèse quant aux enjeux dramatiques peut aussi être vu comme un signe d’élégance de la part de l’auteur qui refuse in fine de trancher sur la nature du malaise qu’il met en scène: est-il celui de la société américaine ou celui du jeune homme? On appréciera aussi la justesse coutumière avec laquelle Mulligan met en scène des situations et des personnages parfois très stéréotypés. Le mélange de détachement et de sentimentalisme qui est le sien fait finalement le prix de ce film qui gagnerait à être plus connu. La musique de Randy Newman et Dave Grusin contribue aussi à rendre certaines séquences franchement touchantes tel les quelques jours de vacances en amoureux qui précèdent le séjour en prison.

    Tags: , ,

    Comments are closed.