genuine viagra without prescription how is viagra prescribed cialis soft tabs no prescription
buy sildenafil citrate 50 mg order tadalafil cipla sildenafil
http://pufr-editions.fr/?page=102444&pi=... 
windows 7 professional full student discount 
rosetta stone spanish for sale 
can i buy ilife 11 online purchase access 2007 product key parallels desktop 10 for mac download
download ms office 2010 starter mathcad 14 buying rosetta stone tagalog
download parallels macintosh purchase indesign cs3 order windows 7 64 bit buy windows xp used adobe after effects cc 2014 mac prices buy quicken premier 2010
download adobe acrobat reader windows xp purchase microsoft windows 7 students buy mac os x 10.6

Fièvre (Louis Delluc, 1921)

Dans un bar marseillais, l’ancien amant de la patronne revient d’un voyage en Orient…

Lourdeur de la narration et plus spécialement de l’exposition. Alors que l’intrigue est tout à fait conventionnelle, les intentions « psychologiques » de l’auteur sont surlignées, notamment par des flashbacks et des intertitres inutiles dont beaucoup, à en croire Delluc dans son interview donnée à René Clair peu de temps avant sa mort prématurée, ont été rajoutés par les producteurs. Les symboles censés insuffler de la poésie dans cet univers sordide sont naïfs et déplacés. Que l’on est loin du naturel des films (essentiellement suédois et westerns de la Triangle) prisés par le critique! Reste que le surgissement de la violence est traité avec une certaine habileté dramatique mais globalement, Louis Delluc fut meilleur critique que cinéaste. Ses textes, recueillis par Pierre Lherminier, sont courts et tranchants comme du Rivette/Truffaut: ils gagnent à être relus.

Tags: , , , ,

Comments are closed.