parallels desktop price windows 7 home premium price australia rosetta stone price purchase lightroom 3 buy acrobat 8 online best price chief architect home designer 9.0 cost of adobe acrobat pro 9 buy parallels desktop 3.0 price of adobe flash com server buy microsoft publisher 2007 cheap buy windows 7 ultimate buy photoimpact uk buy cubase 5 canada buy word 2000 software price of capture one
    purchase windows xp home license buy photoshop elements 9 download buy microsoft access 2007 canada buy office starter 2010 price of ilife 06 buy windows 7 oem online download buy photoshop cs5 student order dreamweaver cs3 cost of windows xp sp2 best price adobe photoshop cs4 win cheap microsoft office publisher 2007 buy windows server 2003 license buying microsoft office for mac buy 2010 microsoft project buy ms visio 2007

L’assoiffé (Guru Dutt, 1957)

En Inde, un poète se heurte au mépris de ses frères, des femmes et des éditeurs…

L’assoiffé est une production de Bollywood transfigurée par la brûlante sincérité de son réalisateur. Comme pour plusieurs films hollywoodiens contemporains, on peut parler dans ce cas de film d’auteur né au sein de l’industrie tant l’implication de l’acteur/auteur/producteur/metteur en scène qu’était Guru Dutt est manifeste. L’assoiffé est certes un film boursouflé, composite voire confus du fait du manque de netteté de plusieurs transitions mais il est parsemé de séquences que la totale virtuosité de Guru Dutt irrigue d’un lyrisme irrésistible. Quelques bonnes chansons, une lumière aussi sophistiquée que celle d’un Josef Von Sternberg, le visage sublime de Waheeda Rehman et les mouvements langoureux de la caméra sont autant de qualités qui, en l’incarnant avec une grande puissance expressive, font parfois oublier le schématisme du récit.

Tags: , , , ,

3 Responses to “L’assoiffé (Guru Dutt, 1957)”

  1. dr orlof dit :

    Chef d’œuvre d’une beauté époustouflante ! Le thème de l’artiste contre la société est, certes, un peu schématique mais Guru Dutt lui donne une incroyable puissance lyrique (par la lumière, les mouvements de caméra, le vent dans les cheveux de l’héroïne…)

  2. Christophe dit :

    toi tu as vu la « préface » de Charles Tesson. elle est bien d’ailleurs.

  3. Dr Orlof dit :

    C’est vrai mais j’ai aussi vu le film :)