buy windows xp professional sp3 retail cheap pinnacle studio version 12 price of inventor professional 2011 windows 7 ultimate license only cheapest ms office 2013 professional buy aperture 3 online buy eset smart security business edition purchase office 2003 student windows 7 ultimate oem license price of quarkxpress 8 purchase outlook 2011 for mac quarkxpress buy purchase solidworks buy office 2013 professional plus product key buy excel 2007 uk
microsoft windows 7 price australia buy paint shop pro x2 buy microsoft office 2003 standard retail box cheap filemaker 11 pro buy capture one pro buy autocad electrical online buy paint shop pro purchase nero software discount rosetta stone italian cheap autodesk autocad 2010 guitar pro discount code cheap adobe indesign cs3 software buy adobe audition mac buy adobe photoshop elements 6 pc software archicad 12 cost

Une femme cherche son destin (Now, voyager, Irving Rapper, 1942)

Une vieille fille sous l’emprise de sa mère s’émancipe grâce à un psychiatre bienveillant.

Now, voyager ne transcende pas la désuétude du genre dans lequel il s’inscrit, à savoir le « women picture ». Le « women picture » qui a connu son apogée dans les années 40 était un drame psychologique se passant généralement en milieu bourgeois dont la Warner s’était fait une spécialité.  Le jackpot était atteint quand l’actrice remportait son Oscar. Le problème de ce genre de film est que l’ambition et la maturité des sujets abordés n’empêchent que rarement les conventions hollywoodiennes du traitement, conventions qui apparaissent alors comme un véritable rouleau-compresseur. Hollywood n’est pas Ingmar Bergman (et Dieu merci!).

Les facilités de l’intrigue, l’épaisseur d’une narration qui délaye par trop longuement chaque aspect du drame, le manque de relief concret d’une mise en scène fondamentalement théâtrale, des dialogues trop étincelants pour être vrais et l’omniprésence du sirop de Max Steiner font de Now, voyager une oeuvre essentiellement artificielle et parfois insupportable de lourdeur. Ce, nonobstant d’indéniables qualités de facture (montage, photo, décors, costumes, coiffeurs: le studio affectait ses meilleurs employés à ces entreprises censément prestigieuses).

Tags: , , ,

2 Responses to “Une femme cherche son destin (Now, voyager, Irving Rapper, 1942)”

  1. sonic eric dit :

    Je vous trouve très sévère pour ce très beau mélo qui prend parfois des libertés avec le code Hays (la relation adultérine entre Jerry et Charlotte) et qui offre un magnifique portrait de femme, tiraillé entre une mère abusive (formidable Gladys Cooper), un fiancé impossible, un amant lointain et un impérieux désir de maternité. Et je trouve assez loin des conventions (la relative liberté de ton avec laquelle elle traite sa mère suite à son retour de croisière).

  2. admin dit :

    mouais.
    Vous n’êtes pas le seul dans ce cas-là. Vu la réputation de ce film, j’étais content qu’il soit projeté à Paris, je m’attendais à être cueilli comme une fleur mais je suis resté en dehors du film pour toutes les raisons exposées dans mon texte.
    Essayez de vous procurer Amour défendu de Frank Capra et dites m’en des nouvelles.