zovirax générique commande ketoconazole priligy belgique
  • commande loratadine http://unit-tice.emn.fr/CACHE/well/index... acheter finpecia en ligne
  • buy ms streets & trips 2009 cheap dragon naturallyspeaking 10 buying ms office version
    http://www.fiabci-asiapacific.com/?indus... 
    vmware fusion discount 
    cheap pinnacle studio 12 plus 
    tarif priligy 
    http://www.journeeseconomie.org/index.ph... 
    http://www.journeeseconomie.org/index.ph... 
    cheapest kamagra http://www.toulouse-les-orgues.org/?page... buy generic viagra online
    buy nero 8 uk buy outlook by itself

    Premier rendez-vous (Henri Decoin, 1941)

    Une jeune fille s’échappe de son orphelinat pour rencontrer un homme contacté par annonces matrimoniales…

    Un des fleurons de la collaboration Decoin/Darrieux dans lequel la légèreté de ton n’altère pas la justesse de l’expression des sentiments. Ce grâce à une mise en scène précise et à d’exceptionnels comédiens: Danièle Darrieux, évidemment, dont on se fiche qu’elle soit un peu trop vieille pour son rôle tant elle est lumineuse mais aussi Fernand Ledoux qui est magnifique de tact et de sentiments étouffés. La noblesse de sa présentation au café est digne d’un héros de Leo McCarey. Les seconds rôles sont délicieux, notamment Tissier en prof de maths jouisseur. On regrettera cependant que ce film, parmi les premiers à être produit par la Continental, escamote dans sa deuxième partie ses enjeux dramatiques les plus originaux et les sous-entendus homosexuels par un maladroit retour à la convention. L’unanimisme final paraît quelque peu forcé. Premier rendez-vous n’en reste pas moins une comédie fraîche, joyeuse, pleine de chansons, de gaieté et sous-tendue par une tendre nostalgie. Bref, c’est un très bon divertissement.

    Tags: , , ,

    Comments are closed.