http://www.ville-tence.fr/?cmJ=G2700&cmC... imodium pharmacie propranolol prix
  • pas cher tetracycline propecia achat http://unit-tice.emn.fr/CACHE/well/index...
  • discount corel draw x5 buy after effects cs3 mac acronis true image home 2011 discount code
    purchase roxio popcorn 
    buy omnipage 16 
    buy 2007 microsoft office basic 
    viagra online low cost 
    cheapest champix without a prescription 
    propecia from india 
    order cheap viagra cialis online portugal kamagra where to buy
    buy windows 7 home premium retail buy sorenson squeeze 5.0

    Le comte de Monte-Cristo (Robert Vernay, 1943)

    Un homme que des rivaux ont fait emprisonner au château d’If revient 20 ans après se venger…

    On retrouve dans Le comte de Monte-Cristo l’invraisemblance mais aussi le plaisir enfantin que peuvent procurer les récits de super-héros. Le 11 septembre 2001 pas encore survenu en février 1943 et un Lucien Rebatet n’ayant pas tout à fait les mêmes préoccupations qu’un Jean-Marc Lalanne, le film de Robert Vernay n’a pas bénéficié des pénétrantes analyses socio-historico-culturelles de la critique parisienne à sa sortie. Le style de mise en scène est à la frontière du classicisme et de l’académisme. C’est, disons, un classicisme peu inspiré, voire routinier, mais suffisamment solide pour que le film tienne à peu près la route en dépit des facilités du scénario qui sont franchement fâcheuses dans la seconde partie. Ainsi, il n’y a qu’à comparer la photographie de cette adaptation du roman de Dumas à celle de la version réalisée par le même Vernay dix ans plus tard pour mesurer la différence de qualité moyenne entre les productions françaises de 1943 et celles de 1954.

    Tags: , ,

    Comments are closed.