• cialis generico acquisto billig levitra acheter kamagra inde
  • firmel levitra lioresal rezeptfrei viagra generico precio
    viagra sildenafil wholesale cost of viagra in new zealand viagra over the counter in canada viagra türkei rezeptfrei propecia vente costo levitra 10 mg
    levitra en ligne 
    super kamagra generika 
    acquistare levitra 
  • viagra without prescription cheap cialis http://www.ears.dmu.ac.uk/index.php?M=&N...
  • acquisto levitra on line viagra precios cialis pris
    http://www.ncld.org/?pk_n=6050&pk_kwd=77... buy outlook by itself

    Neige (Jean-Henri Roger et Juliet Berto, 1981)

    La neutralisation du dealer d’un quartier du Nord de Paris par la police y sème la pagaille.

    Ce qui frappe d’abord dans Neige, c’est l’intensité de la présence des quartiers populaires parisiens où se déroule l’action: Pigalle, Clichy et autres Barbès n’ont jamais été aussi bien retranscrits au cinéma. Sans discours sociologique ni pittoresque, les plans-séquences inscrivent les personnages dans une réalité quasi-documentaire. Les trajectoires de ces personnages semblent au début assez chaotiques mais dessinent après la mort du dealer une sorte de tragédie auréolée d’une ironie déchirante.

    Filmant un tel environnement, beaucoup de réalisateurs se seraient laissés aller à la complaisance dans le sordide. Ce n’est pas le cas de Juliet Berto et Jean-Henri Roger pour qui c’est au contraire l’occasion de célébrer la bienveillance, la grandeur d’âme et l’amour qui vous fait faire des bêtises. Ce, sans que rien ne paraisse forcé. Le sublime personnage interprété par Juliet Berto est d’autant plus plausible que, dans un contexte où les frontières morales sont aussi floues, son basculement est imperceptible.

    Flics, serveuses ou travelos, tous sont, en plus d’être admirablement joués, regardés avec une inconditionnelle empathie par la caméra. Ne serait-ce que pour ce magnifique travelling qui suit, à une distance parfaite, un prostitué en manque ravi par la perspective d’un shoot imminent remonter une rue en sautillant avant d’être cueilli par la police, Neige se doit d’être vu.

    Enfin, il n’y a que deux scènes de violence mais leur sécheresse est absolument terrible. Rarement cinéaste aura fait ressentir avec autant de force  le caractère à la fois dérisoire et irréversible d’une balle dans la tête. Et c’est ainsi que Neige demeure peut-être le plus beau polar français des années 80.

    Tags: , , , , , ,

    Comments are closed.