buy eset smart security canada https://it.uca.edu/index.php?new=327391&... best price adobe acrobat pro extended buy reason 2.0 here buy naturally speaking software go to price of ms office 2007 enterprise buy powerpoint 2007 only purchase outlook 2010 download to click here buy camtasia australia purchase server 2003 uk https://it.uca.edu/index.php?new=100570&...
microsoft visio 2007 price cheap paperport professional 12 price of adobe illustrator cc 2014 cheapest rosetta stone french set buy microsoft money 2007 business buy photoimpact 12 buy publisher 2007 cheap purchase nero 7 download buying lightroom 3 upgrade discount office 2013 for students purchase anydvd us buy autocad mac price of windows 7 home premium 64 bit best price adobe fireworks cs5 cheapest office 2008 mac

Neige (Jean-Henri Roger et Juliet Berto, 1981)

La neutralisation du dealer d’un quartier du Nord de Paris par la police y sème la pagaille.

Ce qui frappe d’abord dans Neige, c’est l’intensité de la présence des quartiers populaires parisiens où se déroule l’action: Pigalle, Clichy et autres Barbès n’ont jamais été aussi bien retranscrits au cinéma. Sans discours sociologique ni pittoresque, les plans-séquences inscrivent les personnages dans une réalité quasi-documentaire. Les trajectoires de ces personnages semblent au début assez chaotiques mais dessinent après la mort du dealer une sorte de tragédie auréolée d’une ironie déchirante.

Filmant un tel environnement, beaucoup de réalisateurs se seraient laissés aller à la complaisance dans le sordide. Ce n’est pas le cas de Juliet Berto et Jean-Henri Roger pour qui c’est au contraire l’occasion de célébrer la bienveillance, la grandeur d’âme et l’amour qui vous fait faire des bêtises. Ce, sans que rien ne paraisse forcé. Le sublime personnage interprété par Juliet Berto est d’autant plus plausible que, dans un contexte où les frontières morales sont aussi floues, son basculement est imperceptible.

Flics, serveuses ou travelos, tous sont, en plus d’être admirablement joués, regardés avec une inconditionnelle empathie par la caméra. Ne serait-ce que pour ce magnifique travelling qui suit, à une distance parfaite, un prostitué en manque ravi par la perspective d’un shoot imminent remonter une rue en sautillant avant d’être cueilli par la police, Neige se doit d’être vu.

Enfin, il n’y a que deux scènes de violence mais leur sécheresse est absolument terrible. Rarement cinéaste aura fait ressentir avec autant de force  le caractère à la fois dérisoire et irréversible d’une balle dans la tête. Et c’est ainsi que Neige demeure peut-être le plus beau polar français des années 80.

Tags: , , , , , ,

Comments are closed.